Dorothée Volut

OLYMPUS DIGITAL CAMERADorothée Volut est née à Strasbourg au mois de février 1973 : quel détour pour arriver à Marseille et y vivre depuis maintenant 10 ans. Des parenthèses, elle en a ouvertes, qui ne se sont pas encore refermées et pour cause : c’est l’écriture qui semble être le lien. Et puis – comme le contredirait sa grand-mère – la vie n’est pas une équation. Ainsi, étudier la scénographie aux Arts décos de Paris, créer un collectif de théâtre au nom prédestiné de Permis de Construire, se lancer dans la mise en scène, plus tard jouer la comédie et soudain se mettre à écrire de la poésie, tout cela a un sens pour peu qu’on veuille bien associer au mot vie le mot énigme, et puisqu’il est ici question d’en raconter un bout. Sur les murs du Panier, on peut voir encore les traces de ses premiers mots collés en mai 2002, parmi elles demain j’irai. Qui sait si dans les bâtiments de la Protection Judiciaire de la Jeunesse des Chutes-Lavie, il ne reste pas non plus les poèmes d’Abdou, Mebrouk ou Sarah, écrits pendant quatre ans dans des ateliers d’écriture qu’elle avait animés grâce à la juste folie d’une psychologue. La rencontre avec André et toute sa famille en juillet 2002, sur le Larzac où la compagnie était venue travailler, fut pour elle importante. Comme ces trois années passées dans le Verdon entre 2007 et 2010 : d’un coup la terre est apparue sous ses pieds. Là-bas, au village de La Cavalerie, l’eau des départs a coulé sous les ponts, mais André maintient le navire de la ferme à flot. Cet été, chez Eve et Serge en Dordogne, elle est tombée sur ces mots de Georges Perros : « Je voudrais que ce soit la bonté la poésie. J’ai bonne mine. » En effet.

Publications :
Œillet de poète, fabrication maison, 2011
Scènes extérieures, Éditions Contre-Pied, 2010
en 5 lettres, fabrication maison, 2010
Alphabet, Éric Pesty Éditeur, 2008
comme tous les enfants, leséditionsprécipitées, 2007
et quand tenu dans la lumière, Éditions Fidel Anthelme X, 2004
Lundi 6 mai, fabrication maison, 2002

Divers :
un texte pour les Peintures de Claire Colin-Collin, catalogue d’exposition publié aux Éditions Thesaurus Coloris, 2011
une postface pour Entre deux Rives de Stéfanie James, conte publié aux Éditions P’tits Papiers, 2008
8 photos pour Trajets, ouvrage collectif publié aux Éditions P’tits Papiers, 2007

Revues :
Gare maritime 2011, Camion n° 0, Espace(s) n° 6, fond commun n° 0 et 1, Poésie Espace Public n° 31, GPU n° 3, Le Quartanier n° 7, Monsieur Thérèse n° 0 et 1, Action Poétique n° 188, Dirigeable n° 12, Café Verre sonore n° 18, Cahier du Refuge n° 154, 144 et 117.

Revues de traduction franco-allemande : Passage Nord-Sud n° 8, 9 et 11 (en ligne sur nord-sud-passage.com)

Collabore ponctuellement à la revue Cahier Critique de Poésie.

En ligne :
Sitaudis.com, les Cahiers de Benjy, cipmarseille.com, Myopies.com, Remue.net, Processbleu, Lyrikline.org et ericpestyediteur.com

Spectacles :
L’Appel de l’infini, création pour 1 chantier de la Goutte d’Or, 7 comédiens et la voix de Raymonde, Paris, 1997
Zwischenzeit, création franco-allemande pour 1 usine d’élévateurs, 7 scénographes et 17 comédiens, Hanovre, 1999
Le Voyage en Italie ou La Valise de monsieur et madame Durand, création pour 1 camion Volkswagen, 1 valise et 4 comédiens, Aurillac, 2002